% ATTAC - Bruxelles 1 %
Accueil > Articles et documents > Crise économique > Pour une banque publique de proximité

Pétition

Pour une banque publique de proximité


Impliquées dans des pratiques bancaires spéculatives à risque sur le marché mondial, les banques DEXIA et FORTIS ont été durement touchées par la crise financière actuelle.

Les divers gouvernements ont puisé largement (plus de 20 milliards d’euros) dans les finances publiques afin de parer au plus pressé. Le citoyen payera durant de nombreuses années les conséquences des choix stratégiques de ces banques Pour éviter la faillite et un drame social, on a socialisé les pertes. Et après …

Devons-nous attendre la prochaine crise pour prendre des mesures structurelles ?

Parallèlement à la récente crise, on constate avec la disparition progressive (fusions, privatisations,…) des banques publiques et coopératives, une baisse du service rendu à la population. Les petites agences ferment, le coût des services financiers augmente (+13% depuis 2004). Le petit client n’est plus une priorité.

Nous pensons que (pour le moins) certaines activités économiques vitales pour la population doivent échapper aux lois du marché.

Sans attendre la prochaine secousse de la finance mondialisée, nous demandons dès lors aux autorités compétentes, soit au niveau national, soit au niveau régional, de mettre en place rapidement une véritable banque 100% publique et de proximité offrant un service bancaire complet (agences, comptes-courants et prêts hypothécaires), ne s’aventurant pas sur les marchés internationaux des capitaux et tendant à devenir le créancier privilégié de l’État et des communes.

Il existe plusieurs solutions envisageables :
— Rachat de la banque de la poste couplé à un retour à une poste 100% publique avec réouverture des bureaux fermés
— Nationalisation des activités bancaires des branches belges de DEXIA et FORTIS
— Création d’une nouvelle banque 100% publique au niveau fédéral ou régional
— Extension des fonctions de la « banque d’investissement » récemment annoncée par le gouvernement wallon.

Nous ne souhaitons pas nous prononcer sur la faisabilité des scenarii respectifs ni sur le meilleur d’entre eux

Cependant, nous réclamons de nos responsables politiques qu’ils prennent dès aujourd’hui des mesures pour la création de cette banque 100% publique

L’exemple néo-zélandais, avec la création en 2002 d’une banque publique, la Kiwibank, montre qu’avec de la volonté politique, une alternative aux banques privées est possible. La Kiwibank connait un succès sans précédent. Ses tarifs sont de 50 % inférieurs à ceux des autres banques. En pleine expansion, elle échappe totalement à la crise financière.

POUR SIGNER LA PETITION cliquer ici


SPIP