% ATTAC - Bruxelles 1 %
Accueil > Formations > Le capitalisme en folie ?

Formation Attac Bruxelles

Le capitalisme en folie ?

Anatomie d’une crise qui ne cesse d’en finir

Mardi 13 septembre à 19h30. A l’Espace Marx - rue Rouppe 4 à 1000 Bruxelles (près de la place du même nom, près de la station de prémétro Anneessens).

Tout le monde est le bienvenu. La formation n’est pas réservée aux membres d’Attac. Nous demandons un euro d’entrée pour pouvoir financer la location de la salle.


La crise est-elle finie ?

Il n’y a pas si longtemps, de nombreux responsables étaient franchement optimistes. Certes, le chômage ne se résorbait pas, mais ce n’était qu’une question de temps. Certes, les finances publiques se dégradaient, mais la croissance retrouvée allait tout résoudre. On pouvait appliquer sans peur les différentes mesures d’austérité aux populations. C’était juste temporaire. Et fièrement, les dirigeants, aussi bien américains qu’européens, affichaient fièrement leur capacité d’avoir surmonté la plus grave récession depuis 1929.

Et puis, patatras. Les marchés financiers s’agitent. Les indicateurs sont tous à la baisse. Les Bourses replongent. Les sommets se succèdent, sans calmer les inquiétudes.

Que s’est-il passé ?

Dans un bon suspense policier, on laisserait ici le lecteur en l’invitant à le découvrir à la formation même. Mais il est possible de dévoiler un coin du voile.

Les gouvernants nous ont raconté une fable. Rappelez-vous, il y a trois ans, ils disaient tous qu’ils avaient retenu les leçons de 1929 et que les citoyens ne subiraient pas les conséquences sociales de la récession. Mais qu’ont-ils fait ? Ils ont injecté beaucoup de liquidités. Ils ont sauvé partiellement le système bancaire pour qu’il puisse continuer ses petits jeux spéculatifs comme auparavant. Ils ont soutenu les constructeurs automobiles d’une chute importante des ventes, avec la « prime à la casse ». Ils ont accusé le monde de la finance d’être l’unique responsable de la situation, mais n’ont pris aucune mesure sérieuse contre celui-ci.

Ainsi, la dette publique a crû de toutes ces interventions, ainsi que d’une baisse des recettes et d’une hausse des dépenses consécutives du ralentissement économique. Un nouveau trou, celui du budget, s’est créé, alors que ceux qui existaient et qui avaient été à l’origine de la crise, notamment l’endettement des ménages, n’ont nullement été rebouchés. De quoi inquiéter les prêteurs, les banques, les marchés financiers : qui va payer cette montagne de dettes ?

La formation sera assurée par Henri Houben, économiste, membre d’Attac Bruxelles, chercheur au Gresea et collaborateur à l’INEM. Il publie un livre sur le sujet, La crise de Trente Ans, aux éditions Aden, qui sortira le 24 septembre prochain, lors de la fête du journal Solidaire, Manifiesta.

La formation est organisée en collaboration avec l’ACJJ (Association culturelle Joseph Jacquemotte).

titre documents joints


SPIP