% ATTAC - Bruxelles 1 %
Accueil du site > AGENDA > L’autre agenda > Manifestation nationale : Time to go !

Le 20 octobre au Parc du Cinquantenaire (bxl)

Manifestation nationale : Time to go !

Les armes nucléaires hors de Belgique !


LES ARMES NUCLEAIRES SUR LE TERRITOIR BELGE : TIME TO GO !

Le 20 octobre 2013 sur l’esplanade du cinquantenaire, dans le cadre de la campagne internationale pour le désarmement nucléaire ICAN, la CNAPD et PAX CHRISTI VLANDEREN organisent un événement de grande ampleur : TIME TO GO[1]. L’occasion d’informer sur l’existence des armes nucléaires et de prendre conscience de l’urgente nécessité du désarmement nucléaire.

Tout le monde est invité à se rassembler le 20 octobre 2013, parce que les armes nucléaires sont dangereuses, inhumaines, inutiles et couteuses. Leur présence en Belgique viole le droit international[2]. Parce que nous ne voulons pas être les victimes programmées ou accidentelles de la folie du nucléaire militaire.

Au programme : des animations pour enfants, des prestations musicales d’artistes engagés et des séances d’informations pour le public. L’événement est gratuit et ouvert à tous.
- 14h : Mot de Bienvenue
- 14h15 : Concert de Jaune Toujours
- 15h15 : Concert de James Deano
- 16h30 : Concert de Helmut lotti
- 17h15 : Final

Rappelons-nous, il y a 30 ans la CNAPD a initié l’une des plus grandes manifestations de soutien au désarmement nucléaire : près de 400 000 personnes sont descendues dans la rue pour dire NON AUX ARMES NUCLEAIRES SUR LE SOL BELGE ! Aujourd’hui, le combat continue, les armes nucléaires contribuent au climat hostile et augmentent la probabilité d’une guerre aux conséquences catastrophiques. Time to Go ! invite les belges à se mobiliser et à dire STOP à la détention et au développement des armes nucléaires.

Ensemble exigeons une mise hors la loi de ces armes et revendiquons notre droit à la vie. A l’heure actuelle, tant que ces armes existeront, nous sommes tous des victimes potentielles.

Plus d’infos : http://www.timetogo.be/

Accord secret ou pas, l’arme atomique hors de Belgique ! It’s time to go

Selon Hans Kristensen, un membre de la fédération des scientifiques américains spécialisé dans le domaine du nucléaire militaire, la Belgique a conclu un accord secret avec les Etats-Unis concernant la modernisation des armes nucléaires américaines sur notre territoire. Même si ce sont les autorités américaines qui prendraient en charge la modernisation[1], cette dernière impliquerait pour l’État belge l’achat de nouveaux avions F-35 pour 150 millions d’€/pièce remplaçant les F-16 incapables de transporter ces nouvelles bombes (B-61). Le mouvement de la paix belge demande au gouvernement de ne pas investir dans ces armes de destruction massive qui sont dangereuses, inhumaines mais aussi inutiles et très coûteuses. Le 20 octobre nous manifesterons au Parc du Cinquantenaire pour le retrait de ces bombes nucléaires de notre territoire. It’s Time to go, it’s time to make a step towards a peaceful world, free of nuclear weapons.


En effet, il est temps de se mobiliser, car si le gouvernement belge soutient officiellement le TNP ainsi que le désarmement nucléaire mondial, le dernier accord de gouvernement, signé en 2011 mentionne : « Le Gouvernement plaide pour la revitalisation et le respect du Traité de non-prolifération. Il agira résolument en faveur d’initiatives internationales pour un désarmement plus poussé – y compris nucléaire », cela ne semble pas s’appliquer à la vingtaine de bombes américaines présentes à Kleine Brogel.


Notre gouvernement applique depuis longtemps une politique du « no answer – no deny » en affirmant ou n’infirmant jamais la présence de ces armes de destruction massive sur le territoire belge. Pourtant, en avril dernier, un câble diplomatique émanant de l’ambassade des États-Unis en Belgique, révélé par le site internet Wikileaks, mentionne explicitement la présence d’armes nucléaires en Belgique. Nous pourrions nous réjouir de cette révélation qui permettrait d’ouvrir un débat serein sur la question de l’armement nucléaire mais la récente réponse de Pieter De Crem, Ministre de la défense, à la révélation de cet accord secret nous permet d’en douter. En effet, ce dernier a déclaré, en ce qui concerne la modernisation de l’arsenal nucléaire : « Au niveau gouvernemental, nous n’avons pris aucune décision. D’aucune façon -qu’elle soit formelle ou informelle- il n’y a eu de ‘moment de décision »[2]. Le ministre a également mentionné qu’à aucun moment la loyauté à l’OTAN ne devait primer sur l’accord de gouvernement mais que ces derniers se rejoignent[3]. Il semble pourtant y avoir une contradiction entre les déclarations de l’OTAN et celles du gouvernement visant à soutenir un désarmement nucléaire. L’Alliance atlantique continue « d’accorder une grande valeur aux forces nucléaires basées en Europe et destinées à l’OTAN, qui constituent un lien politique et militaire essentiel entre les membres européens et nord-américaines de l’Alliance »[4].


Par ailleurs, M.Flahaut lorsqu’il était ministre de la défense a réaffirmé que « le gouvernement veut agir au travers d’une stratégie commune avec les alliés. Il ne souhaite pas utiliser des moyens qui indisposeraient ses partenaires privilégiés »[5]. Pourtant, une initiative intéressante a vu le jour en 2010, quelques anciens ministres belges[6], conjointement avec d’autres représentants gouvernementaux de plusieurs pays de l’OTAN (Allemagne, Pays-Bas, Luxembourg, Norvège), avaient signifié leur demande de retrait du sol européen des armes nucléaires américaines dans la perspective : « d’encourager le désarmement mondial »[7]. La Belgique n’a pourtant pas fait suivre d’effet cette initiative et n’a pas, depuis, produit d’efforts supplémentaires.


Cet accord secret démontre encore une fois l’hypocrisie dans laquelle nous évoluons constamment en matière de désarmement nucléaire. Les déclarations des gouvernements successifs vers un désarmement n’ont jamais été suivies d’effets. Depuis plus de 30 ans, le mouvement de la paix belge demande de retirer ses bombes nucléaires de notre territoire. Il demande aujourd’hui d’annuler cet accord secret totalement contraire aux principes démocratiques et de mettre un terme aux dépenses dans le domaine nucléaire militaire. Il faut savoir que les nations détentrices de l’arme nucléaire dépensent près de 300 millions de dollars par jour pour leurs forces nucléaires[8]. Annuellement, cela équivaut à 105 milliards de dollars pour le monde entier. Pour information, il faudrait 40 milliards de dollars par an soit environ 40% des dépenses annuelles en armement nucléaire pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement ayant pour but notamment d’éradiquer la pauvreté d’ici à 2015, première cause de violence selon les Nations Unies. It’s time to stop funding arms and start funding peace.


Notre plat pays, siège du quartier général de l’OTAN, pourrait jouer un rôle javascript :barre_raccourci(’’,’’,document.formulaire.texte)d’envergure internationale en engageant un processus de désarmement mondial en ces périodes de tensions croissantes comme au Moyen-Orient. Parce qu’il faut donner un signal fort à nos élus, le mouvement de la paix belge invite à manifester au parc du Cinquantenaire le 20 octobre pour que la Belgique fasse le premier pas vers le désarmement nucléaire mondial en retirant les B-61 de Kleine Brogel. La Guerre froide s’est officiellement terminée en 1989 : It’s « Time to go ». C’est le slogan qui sera scandé haut et fort, en musique, le 20 octobre.


[1] Le plan prévoyait de dépenser 10 milliards de dollars pour la modernisation de toutes les bombes sur le sol européen. Ce plan a été pour le moment refusé par les instances législatives américaines qui l’estiment trop onéreux et demandent une révision. Il n’est pas pour autant question de l’abandonner

[2] http://www.lalibre.be/actu/belgique/armes-nucleaires-le-gouvernement-federal-n-a-jamais-pris-de-decision-formelle-ou-informelle-52335611357008cdb6e6365e

[3] http://www.lalibre.be/actu/belgique/armes-nucleaires-le-gouvernement-federal-n-a-jamais-pris-de-decision-formelle-ou-informelle-52335611357008cdb6e6365e

[4] Déclaration du GPN du 8 juin 2006, § 6.

[5] Réponse du ministre de la Défense, André Flahaut (PS), à la question du député Vincent Decroly du 20 décembre 1999, Chambre des Représentants in DUMOULIN A.(2008), Le débat sur les armes nucléaires tactiques, Fondation pour la recherche stratégique, Paris, p. 14.

[6] Jean-Luc Dehaene, Guy Verhofstadt, Louis Michel et Willy Claes.

[7] http://www.guardian.co.uk/world/2010/feb/22/nato-states-us-nuclear-arms-europe

[8] http://www.icanw.org/the-facts/catastrophic-harm/a-diversion-of-public-resources/#.Uh4FwNLB-t0


SPIP