% ATTAC - Bruxelles 1 %
Accueil > Journal Angle d’Attac > INTERNATIONALISTES !

INTERNATIONALISTES !


INTERNATIONALISTES !

Faire de chaque jour une aventure. Ne pas rêver sa vie mais vivre ses rêves. Se rebeller, être indocile, ne pas accepter l’état présent…

Cette édition, forcément partisane, d’Angles d’Attac [le journal illustré d’Attac-Bruxelles 1] pose un regard emphatique sur l’engagement et la militance, sur des héros magnifiques aux parcours singuliers mais chaque fois universels…

OLGA, MEINE LIEBE [Raul BRANCO, Alexandra SCHWARTZBROD]
Une aventurière. Une femme engagée et amoureuse. Une héroïne. Juive allemande née en 1908 dans la bonne bourgeoisie de Munich, Olga Benário entre –à 15 ans– aux Jeunesses communistes. En 1928, elle fait la « une » des journaux pour avoir organisé l’évasion de son compagnon, Otto Braun, accusé de haute trahison par le gouvernement de Weimar et enfermé à la prison de Moabit, à Berlin. Elle a 20 ans. Et va traverser une vie hors du commun, palpitante et tragique.

LE DÉSERTEUR [Jean FLINKER, Aïcha ZARROUK]
Jean-Louis Hurst est décédé il y a juste une année. L’Histoire officielle ne lui rendra jamais hommage, alors qu’il avait été –en pleine guerre d’Algérie– l’un des tout premiers Français à sauver l’honneur de son pays. En désertant l’armée coloniale...

O PARTIGIANO [Paul MAZZOTTI, Eliane PATRIARCA]
« Je comparais pour incitation au crime, parce que j’ai dit que le sabotage du chantier de la ligne ferroviaire à grande vitesse est nécessaire »… Le procès de l’écrivain italien Erri De Luca, accusé d’incitation à saboter le chantier qui doit transpercer les Alpes sur 57 kilomètres, a repris le 20 mai. Un procès sur le fil du délit d’opinion, dont la tenue divise. Mais s’en serait-on pris aux propos de l’écrivain s’il n’avait été, dans les années 70, un militant d’extrême gauche ? Or, Erri de Luca n’a jamais renié son passé…

DE L’INVENTAIRE À L’INVENTION [Alain BADIOU]
C’est quoi, la vraie crise ? « On croit parfois qu’il s’agit de la déroute du capitalisme financier. Mais non ! Pas du tout ! Le capitalisme est en pleine expansion mondiale, il se porte à merveille. De ce point de vue, strictement objectif, 1% de la population mondiale détient 46% du capital disponible ; et 50% ne possède exactement rien, zéro pour-cent… Résister à cet irrésistible, c’est un peu la même chose que lorsqu’on dit : "Faire ce qui est impossible" ». Or, pour Badiou, à l’impossible nul n’est tenu, car « un autre projet est souhaitable et un autre trajet est praticable »

Clique ici !

PDF - 7.9 Mo

SPIP