% ATTAC - Bruxelles 1 %

ASSEZ !


Un numéro exceptionnel d’Angles d’Attac [le journal illustré d’Attac-Bruxelles 1]… Pour se préparer à une autre approche de la civilisation.

IMPASSE ET PASSES [Maria MALAGARDIS]
Conséquence directe de l’effondrement social auquel six ans d’austérité ont conduit leur pays ? Les jeunes Grecques sont de plus en plus nombreuses à se prostituer. Pour à peine 2 euros.

PAS DE GRÂCE POUR LA GRÈCE [Valérie MERLES]
Alors que l’Allemagne et la France font main basse sur le capital patrimonial hellénique, le Premier ministre grec affiche une confiance à toute épreuve : « J’ai pris des décisions difficiles qui avaient un coût, mais toujours avec la conscience tranquille. La récession sera terminée au cours du premier semestre 2016, la croissance sera de retour… ».

NOUS AUTRES [Erri DE LUCA]
La Méditerranée est devenue un cimetière pour d’innombrables « réfugiés » fuyant la misère et la violence… On estime leur nombre à l’équivalent de 20 Titanic jonchant les bas-fonds du Canal de Sicile.

« AYEZ PEUR » [Nicole VAN RIJMENANT]
Les attentats djihadistes de Paris ont laissé la France commotionnée et la Belgique sidérée. Une telle situation devait-elle pour autant entraîner la mise en place de mesures exceptionnelles qui, perdurant, instaure –de fait– un état d’exception permanent ?

« Y A PLUS DE SAISONS » [Esther BLONDIAU]
« Les promesses » affichées lors de la 21ème Conférence sur le climat correspondent à une trajectoire conduisant –tout droit– vers une élévation de 3 degrés des températures sur Terre. Une véritable catastrophe.

LES BANQUIERS DU CLIMAT [Jean FLINKER]
BNP Paribas Fortis a trouvé un nouveau filon : l’investissement durable, socialement responsable. La multinationale au logo vert est désormais partisane du « commerce équitable » [sic] et d’« une société plus juste, soucieuse de l’environnement » [sic]…

BRÛLEZ LA DETTE ! [Camilo MORENO]
L’artiste Francisco Tapia, l’un des plus controversés du Chili, vient de réaliser sa plus grande œuvre révolutionnaire : brûler les lettres de créances accumulées par les étudiants de l’université del Mar pour payer leurs études. Montant effacé : 365 millions d’euros.

COMME MASEREEL [Jean FLINKER]
Parce qu’il avait refusé de rejoindre l’armée en 1914 et de participer à un conflit aux desseins impérialistes, Frans Masereel sera obligé à un long exil… Jusqu’en 1929, les autorités belges lui interdiront tout retour au pays. De ce long bannissement, l’oeuvre picturale de Masereel sortira renforcée. Etonnamment moderniste.

Clique ici !

PDF - 7.5 Mo

SPIP