% ATTAC - Bruxelles 1 %
Accueil > Articles et documents > Europe > Stratégie de Lisbonne > Abordage sur les acquis sociaux

Priorité de la nouvelle Commission

Abordage sur les acquis sociaux

par Henri

Quelle seront les politiques les plus importantes de la Commission Barroso ? Sur quels thèmes mettra-t-elle l’accent ? Il n’y a pas de mystère : ce sera appliquer le processus de Lisbonne. C’est-à-dire : mettre de force les chômeurs à n’importe quel travail, de préférence précaire ; flexibiliser le marché de l’emploi ; supprimer les prépensions ; allonger les carrières professionnelles ; privatiser les secteurs des télécoms, des transports, de l’énergie et de la poste... Au grand bonheur des organisations patronales !


Vers où navigue le bateau ivre de la nouvelle Commission

Priorité toute au processus de Lisbonne

Quelle seront les politiques les plus importantes de la Commission Barroso ? Sur quels thèmes mettra-t-elle l’accent ?

Il est clair qu’il y a un thème qui s’impose partout : appliquer la stratégie de Lisbonne. C’est-à-dire faire en sorte que l’économie européenne devienne bien la plus compétitive et la plus dynamique pour 2010. Et pour cela, il faut impérativement prendre les mesures nécessaires qui augmenteront à 70% le taux d’activité, soit le taux des gens ayant un emploi (qui peut être à temps partiel ou même une formation) dans le total des personnes âgées de 15 à 64 ans. Il faut mettre les chômeurs au travail. Il faut flexibiliser au maximum le marché de l’emploi. Il faut abaisser les charges sociales pour les entreprises. Il faut accroître la durée d’une carrière professionnelle, etc.

Tous les indicateurs montrent l’accent mis sur la stratégie de Lisbonne. Le Conseil européen de mars européen a demandé à une commission d’experts, dirigée par l’ancien chef des syndicats néerlandais Wim Kok [1], de rédiger un rapport avec les mesures impératives pour parvenir aux objectifs en 2010. Ce document, déposé le 3 novembre dernier, est impératif.

D’ailleurs, pour être sûr qu’il soit bien intégré dans les instances européennes, c’est le président de la Commission, José Manuel Barroso lui-même, qui sera responsable de ce dossier et de son avancement. De même, le commissaire chargé de l’Entreprise et de l’Industrie, Günter Verheugen, gérera le Conseil consultatif sur la compétitivité.

Mais les propos des différents commissaires sont également, on ne peut plus, clairs sur le sujet.

Le président de la Commission déclare : « Je suis prêt à faire du processus de Lisbonne une priorité absolue pour ma Commission »  [2]. Ce que Günter Verheugen confirme : « La nouvelle Commission placera la stratégie de Lisbonne et le renforcement de la compétitivité européenne au centre de son mandat »  [3].

Neelie Kroes, commissaire à la Concurrence, renchérit : « Le défi économique principal qui se pose à l’Union européenne pendant le mandat de la nouvelle Commission sera de revoir et de revigorer la stratégie de Lisbonne afin d’obtenir une croissance économique durable »  [4]. Comme démissionnaire d’une bonne douzaine de postes d’administratrices d’entreprises plus importantes les unes que les autres pour entrer dans la nouvelle Commission, elle sait de quoi elle parle.

La Table ronde des industriels européens insiste, elle aussi, sur l’importance d’appliquer Lisbonne : « Nous, dans l’industrie, continuons à croire que l’agenda conclu au Conseil européen de mars 2000 à Lisbonne est le bon. Le problème est que si peu a été fait jusqu’à présent pour l’appliquer, alors que les autres économies (en particulier les Etats-Unis, mais aussi de façon croissante l’Inde et la Chine) se sont élevées en créant des économies de la connaissance solides et qui attirent les emplois de haute qualité. (...) Il faut une forte focalisation sur l’implémentation de l’agenda de Lisbonne, à la fois au niveau de l’Union européenne et à l’échelon national »  [5].

Suivre les plans patronaux semble donc être la voie de la nouvelle Commission. Au détriment des emplois, de la sécurité sociale, des pensions, de la santé...

Henri Houben

Notes

[1Voir article sur le site : Le chef Kok nous prépare un plat très salé

[2José Manuel Barroso, « European Council. Lisbon Strategy », Bruxelles, le 4 novembre 2004, p.6.

[3Günter Verheugen, « Audition du parlement européen. Réponses au questionnaire du commissaire désigné. Partie B - Questions spécifiques », octobre 2004, p.3.

[4Neelie Kroes, « Auditions du parlement européen. Réponses au questionnaire du commissaire désigné. Partie A - Questions d’ordre général », octobre 2004, p.5.

[5ERT, « Letter to Jan Peter Balkenende, president of the European Council », Bruxelles, le 29 octobre 2004, p.1.


SPIP