% ATTAC - Bruxelles 1 %
Accueil > Présentation > Les objectifs d’AB1

Les objectifs d’AB1


Attac-Bruxelles 1 s’inscrit dans le projet lancé par la plate-forme internationale d’Attac, qui propose essentiellement trois mesures :
- une taxation des transactions financières à l’échelle internationale (c’est-à-dire un impôt léger sur chaque échange de devises) ;
- une autre distribution des richesses, par une taxation plus forte de ceux qui détiennent la fortune et moins forte des salariés et des allocataires sociaux ;
- une lutte acharnée contre les paradis fiscaux, jusqu’à leur boycott.

Mais au-delà de ces mesures précises, le projet d’Attac est plus large. C’est un combat contre la globalisation sous sa forme actuelle, qu’on l’appelle néolibérale, capitaliste ou impérialiste. Notre conviction est que, contrairement à ce que racontent les principaux dirigeants de la planète, il y a des alternatives à l’organisation actuelle du monde. Les libéralisations, les déréglementations, la prédominance du marché, de la finance et des multinationales (ou transnationales), la prédominance brutale des grandes puissances, l’ouverture des frontières aux marchandises et aux capitaux assorties du contrôle des migrations, etc. ne sont pas des fatalités.

Derrière cette affirmation, qu’Attac-Bruxelles-1 partage complètement, il y a deux éléments fondamentaux :

1. Il existe un autre projet de société. La société actuelle, qui accentue les écarts de fortunes, appauvrit la majorité des populations du tiers-monde, enrichit une poignée de détenteurs de capitaux et laisse les décisions principales à cette dernière minorité ainsi qu’à leurs amis dans l’appareil d’Etat. Cette société-là n’est pas acceptable. Certes, au sein d’Attac en général et d’Attac-Bruxelles-1 en particulier, cohabitent différentes opinions sur ce que devrait être une autre société. Mais il y a convergence pour affirmer qu’il faut changer celle qui existe aujourd’hui dans nos pays occidentaux.

2. Il y a aussi le projet de faire de la politique autrement. La démocratie se nourrit de contre-pouvoirs. Or le plus souvent les citoyens votent mais de ce fait abandonnent leurs droits de décision aux représentants ainsi élus. Le but d’Attac-Bruxelles-1 est d’activer le processus de débat au sein de la population, dans le but d’agir, de porter des revendications ensemble et finalement d’aboutir à un projet de société véritablement démocratique et citoyen.

C’est dans ce sens qu’Attac - et donc Attac-Bruxelles-1 - se veulent un mouvement d’éducation populaire tourné vers l’action, vers la réappropriation du politique par les citoyens, au sens de la participation directe aux débats et au processus de gestion de la vie en société.

Nos thèmes de prédilection

Attac-Bruxelles-1 s’attache à tous les effets que la mondialisation entraîne sur les populations : misère, dégradation de la vie sociale et familiale, détricotage de la sécurité sociale, détérioration des conditions de travail, exclusions, racisme, sexisme... Que cela se passe dans le tiers-monde, dans les pays occidentaux ou à Bruxelles. Attac-Bruxelles-1 se sent donc solidaire de tous les combats qui se mènent contre ces effets et des organisations qui les défendent. Il est prêt à relayer ces luttes.

Dans ce cadre, notre message particulier est le suivant : de plus en plus les événements de la vie quotidienne ressentis au niveau local sont liés à des politiques globales ; il va sans doute être plus difficile - mais pas nécessairement impossible - de trouver des solutions acceptables pour les gens dans le cadre uniquement local ; la pression de la “mondialisation” va devenir toujours plus forte. Il est donc plus que jamais nécessaire d’établir un lien entre les différentes luttes qui se déroulent au niveau local, pour les renforcer mutuellement et les porter à une échelle plus internationale. Attac-Bruxelles-1 tient à agir en ce sens.

Dans cette optique, Attac-Bruxelles-1 a privilégié deux terrains, en proportion de ses capacités et de ses moyens humains : la bataille en faveur des services publics et la lutte contre la guerre. Il nous apparaît que c’est dans ces deux domaines que la mondialisation est la plus active et que les dangers sont les plus imminents.

Attac-Bruxelles-1 est partisan d’un monde solidaire, sans guerre, où les pays du Tiers-Monde ont le droit de se développer librement, où le droit à l’emploi - et donc à un revenu - est garanti, où la satisfaction des besoins, à commencer par les plus fondamentaux (alimentaire, logement, vestimentaire, électricité...), est assurée pour tous. Cela s’oppose donc clairement aux politiques suivies aussi bien par la Maison Blanche que par les Etats de l’Union européenne.

titre documents joints


SPIP