% ATTAC - Bruxelles 1 %
Accueil > AGENDA > L’agenda Attac > Liberté pour Bahar

Mardi 7 novembre à partir de 7 heures

Liberté pour Bahar

Contre un procès injuste à Gand

Rendez-vous : le 7 novembre à 7 heures du matin, à la GARE du MIDI, côté Fonsny, devant l’accès au quai 17.

Pour tous renseignements : 0487/174.851.


Ce n’est pas uniquement…

Ce n’est pas seulement parce que Bahar K. est membre d’Attac-Bruxelles. Et qu’il sera très probablement condamné à sept années d’emprisonnement ferme. Non, ce n’est pas seulement pour ça.

Ce n’est pas uniquement parce que, dans le procès dont il est une des victimes, le juge chargé de mener les investigations initiales a tout simplement été dépossédé de son instruction par le Parquet et la gendarmerie. Non, ce n’est pas uniquement pour cela.

Ce n’est pas uniquement parce que, dans cette affaire, la Ministre de la Justice, si soucieuse de garantir l’État de droit et la droiture d’État, n’a pas hésité à faire voter une loi rétroactive (vous lisez bien) pour faire condamner l’un des prévenus… ; non, ce n’est pas uniquement pour cela.

Ce n’est pas uniquement parce qu’on a, tout exprès, désigné à la tête du tribunal un juge partisan pour que soit prononcé un verdict trafiqué, et que cette désignation était parfaitement illégale. Non, ce n’est pas uniquement pour cela.

Ce n’est pas uniquement parce qu’on voulait condamner à tous prix les inculpés en inventant, au besoin, des incriminations qui n’existent pas dans notre Code pénal… Non, ce n’est pas uniquement pour cela.

Ce n’est pas uniquement parce on a laissé plaider l’avocat de l’Etat turc, tout au long du procès de première instance, alors qu’aucune décision ne l’autorisait à se considérer comme partie civile. Non, ce n’est pas uniquement.

Et ce n’est pas uniquement parce que le tribunal a condamné un prévenu fantôme à cinq années d’emprisonnement alors qu’aucune preuve matérielle, d’aucune sorte, ne figurait dans le dossier pour l’accabler de quoi que ce soit… Pas uniquement.

Mais pour toutes ces raisons rassemblées.

Sans oublier les effets liberticides de la nouvelle législation contre le terrorisme par laquelle est désormais organisé, en Belgique, un régime de confusion pénale – où le seul fait d’appartenir à une organisation qualifiée de « terroriste » est durement sanctionné, même si aucun acte délictueux ne vous est par ailleurs reprochable ou reproché. Au nom de quoi, toute rébellion politique radicale est assimilée dorénavant à une variété de banditisme social, de délinquance vulgaire, émergeant au droit commun. C’est assez dire que, sous le prétexte de la lutte pour plus de sécurité civile, les autorités de notre pays auront réussi ce tour de force : installer l’insécurité dans les lois et le fonctionnement de la justice publique.

Pour toutes ces raisons, il serait opportun de poser un geste fort dans nos vies engagées. Aussi, pour le prononcé du verdict final : prenez congé le mardi 7 novembre et venez avec nous à Gand par solidarité avec Bahar Kimyongur, avec le combat démocratique qu’il n’a jamais cessé de mener, j’oserais dire « pour nous ».

Jean Flinker


SPIP