% ATTAC - Bruxelles 1 %
Accueil > AGENDA > L’autre agenda > Marche pour la liberté - régularisation des sans-papiers

Samedi 9 février - Bruxelles

Marche pour la liberté - régularisation des sans-papiers

Après 40 jours de grève de la faim


Après 40 jours de grève de la faim, marche jusqu’à l’office des étrangers ce samedi 9 février. Départ à 15h de la Collone du Congrès (1000 Bruxelles)

Le Gouvernement, enfin installé à durée déterminée, semble à ce jour avoir fait un pas en arrière sur la question de la régularisation des personnes sans papiers. Cette question cruciale et urgente est totalement absente de la déclaration du nouveau gouvernement, alors même que les partis qui composent cette coalition ont soit négocié les accords de l’« orange bleue », soit rappelé entre-temps leur volonté d’aller plus loin dans les mesures proposées en matière de régularisation dans ce défunt accord.

Ce samedi 9 février 2008, les 150 grévistes sans papiers de la rue Royale à Bruxelles en seront à leur 40ème jour de grêve de la faim. Leur situation semble à ce jour désespérée et vouée au drame. Cette urgence est, plus largement, celle des 150 000 personnes vivant sans papiers en Belgique, dont les grévistes bruxellois sont tragiquement représentatifs. C’est pourquoi nous faisons appel à tous les citoyens, associations et responsables politiques afin qu’ils apportent, à cette date qui correspond à une extrême urgence, leur solidarité aux grévistes.

Les grévistes, soutenus par le Front Commun syndical, le Forum Asile et Migrations, la Ligue des droits de l’Homme, la KWB, de nombreux partis politiques et associations ou comités de citoyens, exigent impérativement une réponse de ce Gouvernement à leur demande.

Nous accompagnerons donc les grêvistes à leur 40ème jour de grêve de la faim pour porter les dossiers de demande de régularisation de leur situation administrative à travers les rues de la capitale de notre pays.

En espérant que la détresse dont nous témoignons ici, et qui est le reflet d’une politique de l’arbitraire et du déni, puisse trouver réponse dans l’humanité de ce Gouvernement, jusqu’ici inconséquent. La nécessité que celui-ci s’engage dans la voie de la régularisation est, une fois de plus, avérée.

L’UDEP : 0484/735 192
0494/384 442

LES GREVISTES : 0485/103 858
0486/959 486


SPIP