% ATTAC - Bruxelles 1 %
Accueil > AGENDA > L’agenda Attac > Rassemblement sur les marches de la Bourse

Samedi 9 février 2008, de 16h à 17h

Rassemblement sur les marches de la Bourse

Procès DHKP-C Un verdict aux attendus tant attendus...

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Procès DHKP-C
Un verdict aux attendus tant attendus...


COMITÉ POUR LA LIBERTÉ D’EXPRESSION ET D’ASSOCIATION
www.leclea.be

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Procès DHKP-C
Un verdict aux attendus tant attendus...

Avec le verdict de la Cour d’Appel d’Anvers rendu ce jeudi 7 février 2008, trois juges ont –cette fois– décidé de ne plus capituler. En refusant de criminaliser le DHKP-C (« Au regard de son existence et des actions que cette organisation a menées en Belgique, le DHKP-C n’y a été ni une association de malfaiteurs, ni une organisation criminelle, ni un groupe terroriste »), la Cour n’a pas seulement voulu discréditer les exigences de l’Etat turc : elle n’a pas accepté de restreindre la liberté d’expression, dans notre pays, du citoyen belge Bahar Kimyongür.

Notre prochain rendez-vous pour fêter cette issue tellement espérée ?
Ce samedi de 16 à 17 heures sur les escaliers de la Bourse.

Plus de huit ans après avoir débuté, l’affaire dite du DHKP-C vient donc de connaître un nouvel épilogue.

Les sept membres de l’organisation d’extrême gauche turque ont tous été acquittés des préventions d’appartenance à une organisation « criminelle et terroriste ».

Trois prévenus ont été sanctionnés d’une peine avec sursis : Musa Asoglu (3 ans de prison), Fehriye Erdal (2 années) et Kaya Saz (21 mois) –la Cour d’appel les ayant reconnu coupables d’infractions à la loi sur les armes et de faux en écriture.

Par contre, les préventions d’association de malfaiteurs et d’appartenance à un groupement terroriste n’ont pas été retenues. Les sept prévenus sont acquittés sur ce point. Parmi eux, Bahar Kimyongür, que le procureur Johan Delmulle s’évertuait à accuser d’être l’un des dirigeants hautement dangereux de l’organisation révolutionnaire turque. En réalité, il n’avait été –entre 1995 et 2006– que le porte-parole efficace d’un Bureau d’information qui, à Bruxelles, s’évertuait à dénoncer le sort ignoble réservé par la Turquie aux prisonniers politiques de ce pays.

Sükriye Akar, Dursun Karatas, Bahar Kimyongür et Zerrin Sari ont donc été acquittés sur toute la ligne.

À travers ce jugement sans appel, la Cour d’Anvers (soumise pourtant, jusqu’aux derniers moments, aux pressions du Ministre de l’Intérieur Patrick Dewael) aura ainsi pris à contre-pied les résultats judiciaires escomptés par la Turquie (un Etat qui, en Europe, reste en tête des pays portant atteinte aux droits de l’Homme) : bâillonner un de ses opposants (B. Kimyongür) et illégaliser un mouvement d’opposition politique au régime d’Ankara –en faisant passer cette organisation de gauche pour une bande criminelle.

titre documents joints


SPIP